carnet de notes

le but,c’est le chemin

 

DEUX HEURES (nando-zarazara@hotmail.fr)

Voila deux heures qu’ils délibèrent,deux heures qu’ils tournent et retournent comme du bon pain,ces cinq jours de procès.

Et je suis là dans ma cage,là ou ai ma place dans le gris  de cette cellule du palais de justice,froid et sentant l’urine,oui je suis bien là ou est ma place.

Quoi de plus normal,je marche en rond,regardant les tags inscrits au mur, je regarde mais je ne vois rien, pas la moindre réponse,pas le moindre signe.

Dans quelques instants il en sera fait de moi ,mon sort tourne déjà tel les dés du diable entre les mains des jurés,je m’assois sur le banc de pierre et mes doigts se croisent enfiévrés par la peur.

Le froid ambiant vient glacer et rendre moite mon corps déjà ailleurs, mon esprit seul tend vers la lumière.Image de prévisualisation YouTube

Le fil de cette histoire danse devant moi,et sa farandole de souvenirs me ramène là ou tous s’est arrêté.

Je n’entends plus les bruits des coups de feu,perdu dans le temps et qui glissent doucement vers l’oubli

Je la regarde encore une fois tomber en avant dans un bruit furieux,emportant avec elle mon humanité .

Il m’arrive parfois de sentir encore le sang, lorsque je me  penche sur elle dans la férocité d’un rêve qui disparaît dès que ma conscience l’approche.

Le reste, je l’ai oublié,enfouit dans le tréfonds,enterré sur une terre que la décence  m’interdit de fouler.

Je suis enterré avec elle quelque part ou nous ne serons jamais séparé.

Je saisi la lame de rasoir que j’ai caché dans un trou de la doublure de ma veste.

On ne me surveille pas , les dés roulent sur le tapis, ces vingts ans d’enfermement qui planent au dessus de moi, en de petits cercles mauvais,ne tarderont pas à fondre sur celui que je suis encore.

Vingts ans de solitude et de maigre pitance ne m’effraye pas,la carcérale a déjà à mon endroit donnée toute sa mesure, suçant au fils des ans ce que je suis  pour recracher sur un sol douteux mon âme grise.

Ma prison ressemble à Aurélie dont les bras vindicatifs m’enserrent et me tirent vers le néant.

La douleur mange ma volonté , ma main tremble sur mon cou,ma carotide bat sous ma peau à grand coup,ma lame elle ne connaît  ni remords ,ni demain,elle va et emporte dans sa fuite ultime ce qui reste de moi.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
DEUX HEURES   (nando-zarazara@hotmail.fr) Suicide

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 25 avril, 2010
A 14:21
Commentaires : 0
 
 

obama,mon voisin,et moi

Vers dix heures ce matin là je suis descendu jeter mes poubelles,dont le container devait à cette heure commencé par avoir des haut le coeur ,ballonné de sacs poubelles jusqu’à la garde.

En passant et de façon inconsciente je baissais pudiquement les yeux devant ma boite aux lettres,marmonnant une sourde prière,qui devait enfin là se trouvait mon espoir  avoir fait disparaître toutes factures ou autre documents  anxiogènes.

Après l’avoir ouvert je pu souffler,ah ils sont si rare ces jours ou on n’extirpe pas du ventre froid de sa boite une enveloppe fine comme une feuille de cigarette.

Qui tels un enfant fuyant dans un éclat de rire avec son chapardage ,ne dévoile son larcin qu’une fois appréhender .

Car à l’ouverture,le poids semblait tripler de volume, suivi d’un vertige devant le montant final de la facture qui vous fixait d’un oeil mauvais.

Non décidément ce matin tous semblait  marcher droit,on n’en voulait pas à mon argent.

Une fois ma tache accomplie je remontait les escaliers quand mon voisin ,me fit signe de la main,tournant la tête histoire d’une grimace me détendre,car comme dans beaucoup de résidence ,la mienne avait son mr casse-c….. .

Après avoir passer en revue toute une liste de choses qui selon lui devait changer,il brandit sous mes yeux une photo de BARAK OBAMA .

Outré il m’explique avoir trouver cette dernière  affichée dans le hall de l »immeuble.

S’agitant comme un inquisiteur en plein bal des sorcières, il semblait scandaliser par le portrait.

Ce que je comprit c’est que le problème était plus liée à la couleur de ce dernier qu’a l’affiche à proprement parlé.

Je l’ai regarder horrifier et je suis remonter croisant le sourire rectangulaire de ma boite aux lettre,qui semblait me dire que l’espoir de changement espéré par les uns était la pire crainte pour les autres.

Obama n’est pas le messie,mais l’ Amérique longtemps jucher sur son impérialisme nous envoyait un vrai message d’espoir que tous les arracheurs d’affiches du monde ne pourront endiguer. 

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
obama,mon voisin,et moi obama-progress

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 21 avril, 2010
A 11:22
Commentaires : 0
 
 

j’avais un ami

Quand je me suis levé j’ai vu de mon lit que le temps semblait de mon coté, je me sentais plein de vie regonflé par des beaux jours qu’un long hiver avait rendu inaccessible.

J’ai avalé mon petit dej à la vitesse de l’eclair impatient que j’étais d’aller respirer l’air de la mer à quelques centaines de mètre de chez moi,

Ouvrant mon dressing ,farfouyant mes piles de vêtement à la recherche d’un truc léger .Image de prévisualisation YouTube

Et comme si elle m’appellait mon regard est tomber sur ma boite à photos

voulant la saisir pour la replacer elle m’échappa des mains et avant d’avoir pu dire ouf, l’ingrate plongeait en avant comme un kamikas dans un bruit grinçant elle se fracassa contre ma bouche,une douleur si vive qu’elle m’étourdit me scia la lèvre supérieure et un filet de sang me coula du menton.

Je senti une rage sourde dévaler en moi , je saisi la boite ivre de rage et lui fit passer l’envie de recommencer en la lançant a travers mon salon.

Je ne pu retenir un sourire quand je la vie exploser contre le mur ,vomissant dans un dernier murmure  son contenu sur le sol, d’un pas triomphant je m’approchais de la chose pour d’un geste magnianime enlever la dépouille de mon entrée,me baissant mon regard est attiré par les photos tombées à terre .

Dans le petit tas à mes pieds brillant comme une étoile une photo étincelait, je l’attrapais histoire de rigoler en me voyant dans je ne sais quelle situation ,mais soudain mon coeur s’arrête ,coupé dans sa course par le visage de kamel et tous me revient, il est là devant moi brandissant un poisson gros comme lui son incroyable sourire qui lui barre le visage.

Mes jambes trenblotte ,la tête me tourne je doit m’assoire ,la douleur d’un souvenir me dèchire le coeur et des larmes grosse comme des pommes me coule des joues.

Ma main tient toujours la photo mais mon esprit s’envole,et me revoilà a l’aube de mes seize ans courant les filles avec kamel mon plus vieil ami.

Aussi loin que je me rapelle j’ai toujours connu kamel,c’est un garçon fière et droit ,nombreuse sont  les fois ou j’ai pu compter sur lui ,ce genre de garçon ne tourne jamais le dos à un ami.

ces années passées à ses cotés me fesait penser que je connaissait tous de lui ,que je pouvais lire en lui et qu’il pouvait lire en moi.

Chaque jours je sortais de chez moi et chaque jours je retrouvais kamel et nous allions d’un pas léger sur les chemins de la vie ,je l’aimais profondément ,personne ne peut nier la force de l’amitié de la chaleur d’un ami que l’ont sais là dans l’ombre prêt à bondir pour vous éviter un danger.

Jusqu’au 24 décembre  date que la vie a tatouer en moi au fer de son ignominie ,je me rapelle, je rentrais chez moi ,un monde fou se trouvait masser devant chez kamel ,dès qu’elle me vit sa mère fonças sur moi le visage froissé de douleur,je compris ,je sentis la fin du monde s’abattre sur moi me tirant de l’enfance à grand coups de pieds au cul.

Kamel avait sauter d’un pont la veille au soir sans rien dire a personne ,sans un dernier mot ,je ne su jamais  pourquoi et une partie de moi cherche toujours dans mes nuits d’insomnie .

Le suicide d’un ami que l’on pensait heureux, et qui part seul pour son dernier voyage sans que je ne me sois douter de rien, je ramassais le boite tel un cerceuil et y déposa mon ami ,redressant au mieux le carton dans une vallée de larme.

Prendre soin de ses amis ,être meilleur,voilà ce que ma laissé kamel ,moi je lui est fait une place dans le fond de mon coeur ou je me rend toujours avec l’espoir de le revoir.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
j'avais un ami 364535_K75HZ3A1SIRKG6DIXZYILBL8RZ8A1B_le-suicide_H154400_LImage de prévisualisation YouTube

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 20 avril, 2010
A 1:03
Commentaires : 0
 
 

heureux la maison qui voit arriver un ami (le18.04.2010)

C’est par cette phrase célèbre que commença ma journée du dimanche,étant sorti comme il est de coutume un dimanche matin me fournir en croissants chaud et autres viennoiseries cher a mon coeur.

Ah, les dimanches matin sous le soleil naissant du printemps ,remontant d’un pas léger le boulevard notre dame en direction de ma boulangerie préférée ,profitant a plein de la quiétude des basses heures du jour.

De partout les chants entremêlés d’oiseaux résonnent et habite le ciel de leurs si douces  mélopées ,du haut du boulevard des grappes d’enfant dévalent  la pente sous le regard courroucé de quelques bonnes vieilles du midi .

Une belle journée grimpe sur la cité calmement, car dans ce Marseille de toujours c’est dans  la fraîcheur des petites heures que l’on voit se dessiner la couleur d’une journée ,la mienne sera placer sous le signe de l’amitié comme je l’ai lu en regardant d’un oeil encore lourd d’une nuit trop courte,mon horoscope sur le net: heureux la maison qui voit arriver un ami.

Car viennent dîner ce jour mon grand ami et sa femme,   marchant dans une ville endormie sur les promesses de victoire de sa  sainte  équipe de football  je médite sur le sens de cette phrase vu et lu  dans des maisons souhaitant marquer l’importance de ce vieux sentiment ,l’amitié.

C’est bien vrai que l’amitié est douce au coeur, et forte de sa bonne influence donne une vrille des plus marqué a nos vies.

monsieur y est mon ami et malgré une charge si lourde de travail , qu’elle  lui donne l’air de la porter  en permanence sur son dos, monsieur y ne manquerais notre dîner hebdomadaire  pour l’or de toute les danseuses du monde.

Le fin bec sait qu’a son arrivée la table dressée,les plats fumant ,il n’aura que le mal de s’asseoir a se qui est devenu « sa place ».

Le dos au mur, tripotant ses couverts dans l’attente du commencement,  que je donnerais à l’appui du son ronflant et vrombissant dans l’air d’un bouchon de champagne.

Ne buvant pas, ni l’un ni l’autre et ayant des compagnes de même tonneau( si je puis dire)nous avions dans ce fil que tisse nos rencontres instaurées ce vieux rituel d’un champagne que l’on élève d’une coupe en signe de salutations chaleureuses.

Le reste du repas nous nous poussons du coude aux récits de nos espoirs les plus fou,voila pourquoi résonne en moi au coin du bon sens frappé,cette vrai devise ,ce vrai symbole;heureux la maison qui voit arriver un ami.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
heureux la maison qui voit arriver un ami (le18.04.2010) 1227312634_small

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 18 avril, 2010
A 15:48
Commentaires : 0
 
 

mes courses à l’heure du bouclier fiscal

Samedi, un dernier regard dans le réfrigérateur   pour être bien sûr de n’avoir plus aucun autre choix,et c’est la tête déjà lourde que je m’assoie a ma table le fétide carnet de course sur les genoux.Image de prévisualisation YouTube

Je lance un regard par ma fenêtre, comme souvent ces sorte de grosse mouettes dont le nom m’échappe  survol mon immeuble la tête basse, cherche de leurs regard perçant un reste tomber d’une poubelle,ou un rat mort!.

Il faut le voir pour le croire,et même la on peu avoir un certain mal a bien comprendre se que l’ont voie!ces vilaine saleté de rats ballotter dans les air,tirer par de solide gaillards  a plume disparaissent entre les cheminées  des toits;pour réapparaitre quelques instants plus tard vociférant comme dans les pires souvenir de l’agent Clarence Starlyn.

Mais il n’y a rien à faire ni par delà les toits de tuiles de Marseille ni dans le bleu du ciel,non cette âpre_midi je vais devoir la consacrer au ravitaillement de ce grand cube blanc qui me coûte une part de plus en plus conséquente de nom budget,si vous avez une voiture(ce qui ai assez fréquent)un logement,un ou deux crédits car ainsi va le monde vous devenez nerveux à l’idée de partir piétiner dans les allées surpeuplé d’un centre commercial,un samedi en plus!.

Ainsi en va le monde une course sans fin  avec la consommation comme lien commun ,elle est si longue la liste des critiques (du monde d’aujourd’hui) tel qu’aime a le bougonner nos dernier anciens ceux qui ont connut les année de plein emploie(pour les plus jeunes;non je ne rigole pas!) enfin inutile de te l’amender mon pauvre nando qui entendra ta plainte,je me lève la perspective de passer devant ma boite aux lettres me fait tirer la grimace.

Pour me changer les idées avant de lever le camps je me croit autoriser a quelques minutes de glande devant un des programme merdique de notre emblème cathodique numéro un, je tombe sur le journal télévisé ,pas très recommandé quand on cherche a se faire une bonne vision mentale des choses,au diable

l’avarice,âpres tous c’est bien moi qui me suis porter volontaire pour la course a la migraine dans un magasin surchauffer,presser par des mémés vindicatives ,sa me donne bien droit a quelques chose.

Commence la litanies des catastrophes et autre atrocité,tien encore une de nos usines qui ferme avec une variante cette fois ils veuille foutre le matériels a la flotte,gros plan sur des visages humilier,jeter dehors après 25ans de bon et loyaux services on peu penser à ce qu’ils ressentent a cette peur du vide qu’il doivent ressentir au fond de leur entrailles ces braves gens, je me sens triste de savoir que c’est sans doute d’une piscine de floride que l’ordre est venu,merde alors!.

Puis la journaliste enchaînes de bonne aloi,sur le  BOUCLIER FISCAL quand j’ai entendu ca j’ai tendu l’oreille comme une crapule qui entendrait une discussion  alléchante,bouclier fiscal sa me parlait pas trop puis, lisant a droite a gauche j’ai comprit, et j’en suis tomber de ma chaise.

On ne parle que de crise, de banques qui elle ne semble pas la connaître cette crise, née dans leurs bureaux pourtant d’emploi qui fondent au soleil de notre bon gros capitalisme,les jeunes qui parte en vrille,picolant

comme des trous histoire de passer raide mort sur you-tube,des retraiter qui se masse de plus en plus nombreux devant les portes des restaurants du coeur ,les gamins enlever pour finir on ne sais ou?.

Oui je sais le ciel est bleu, et il y a autant de raison d’être positive que d’être négative,le verre est a moitié plein ou…….;    ,je sais mais il y a cette véritée qui nous tenaille tous un peu; et si on avais échouer!

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
mes courses à l'heure du bouclier fiscal sarkozycartier

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 16 avril, 2010
A 21:43
Commentaires : 0
 
 

ècrire comme p.djian

Connaissez -vous philippe djian? si vous ne le connaissez pas je vous conseil de vous rendre dans la librairie la plus proche de chez vous et cela sans tarder tant le miracle peu s évaporer .

Des livres ce n’ai pas sa qui manque ,bien au contraire les étagères des magasins ultra -moderne de nos grande villes ont sont remplie comme des boite de conserve recueille de poussiers ,récits facile d’écrivain (vu à la télé) de pauvre gourde sortie d’une académie de télévision ,de mondain toxicomane reniflant au journal de vingt-heures ,non se ne sont  pas les livres qui manque,ni les médias qui d’internet en passant part l’audiovisuel nous vendent le pire pour le meilleure  ,non se qui manque c’est se petit quelques choses qui fait d’un livre presque un ami tant il fait du bien .

Le dernier livre du maître est enfin sortie du four d’un  esprit qui plane sur la littérature française, tel un aigle traçant des courbes  dans un ciel bleu azur,voila bien un écrivain, un vrai rester pur envers et contre tous,rester lui même.

On le verrait presque courber sur son bureau le regard fixe de celui qui grave dans son époque à coups de romans puissant un message pour une humanité perdu;comme ses idoles ,cendras,stalinger ,carver ,djian cultive ce mystère qui nous permet de croire  a la force de sa parole.

Écrire c’est une histoire de coeur plus que de cerveaux ,l’un imprime le style ,l’autre l’art du récit ,philippe vieillit comme le bon vin et gagne en véracité ce qu’il peu perdre en nervosité ,les livres ont un pouvoir magique née de la douleur d’un être plier en deux qui sent passer en lui une lumière de la tête a la main et de la main au livre, et au travers des êtres dont le conscient restera marquer par le traie, se pouvoir de rendre le réel plus clair et l’imaginaire plus volubile.

Comme il le dit lui même p.djian est un artisan ,un menuisier des mots ,qui rabote ses phrases durant des heures a la recherche de l’ axe parfait ,d’un son juste et honnête d’un homme qui écrit  pour les autres ,merci a toi p.djian d’avoir pointer le doigt dans la bonne direction.

 

Votre nom : (oblig.)
Votre email : (oblig.)
Site Web :
Message :
Vous mettre en copie (CC)
 
ècrire comme p.djian djianfilip

 

Dans : Non classé
Par nandozara
Le
A 17:12
Commentaires : 0
 
 

la communautarisme ,ou le chacun chez soit

le communautarisme un nouvel ennemie pour nos sociétés ?être différent des autres ,vivre entre nous,voila ce que m’ont répondu ceux a qui j’ai posé cette question

et voila ce que l’ont gagne a jouer les uns contre les autres!,depuis déjà longtemps pour ne pas dire toujours ont a refouler une partie de notre jeunesse,nos politiques ont jouer le tistre jeux de l’ostracisme  quand se n’était pas celui du racisme pur ,on nous a désigné l’ennemie  du doigts ses jeunes de banlieues et petit a petit ont a laisser ce construire le mythe de la différences .

La caricature comme profil,on a fait des quartiers un refuge des jeunes a casquette écoutent du rapt en rêvant de devenir joueur de foot ou rappeur ,monsieur ns a qui reviendra un jour la palme du populisme nous a parler de kascher comme du solution a tous les problèmes sociétal .

Aujourd’hui ce sont certains de ses jeunes qui se retourne contre notre système ,certains se tourne vers le religion,d’autres ne se sente pas des notre ,et pour agrémenté le tous la France notre France a crée un minis ter de l’immigration toujours si pratique en période d’élection ,renvoyant du pays des droits de l’homme vers des pays en guerre des « étrangers » qui n’ont je pense que le tort d’avoir voulut fuir la misère et le manque de perspectives.

La France oublie sitôt la bande annonce d’indigènes finit  le sacrifices des ceux qui ont donner leurs vies pour la liberté de nos enfants,elle oublie cette génération de travailleurs qui ont aux prix de leur santé ont construit la France et nous voila aujourd’hui avec un pays qui se divise en particules éthique .

A quand des chaînes communautaires ?a quand le journal de vingts heures traduit en arabe, en sénégalais?de plus en plus de jeunes fille choisies la burqa comme mode d’expression! je ne reconnais pas la France que j’aime dans l’attitude ambigue de ns,ni dans ces jeunes qui se réfugie derrière les clichés que nous avons bâtie sur mesure pour les designer

.Ici dans notre bonne ville de Marseille ou les thèses lepeniste ont depuis longtemps l’oreille de beaucoup de nos concitoyens ,lepen et sa cliques viens de faire20% au dernier élection,donnant le signal d’un replie sur soit d’une partie de notre jeunesse ,aller encore un effort mr besson et notre France prendra une teinte couleur vichy.la communautarisme ,ou le chacun chez soit ps-identite-nationale-communautarisme-islamophobie-musulman-besson-sarkozy-ps76-blog76

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 3 avril, 2010
A 13:07
Commentaires : 0
 
 

Bonjour tout le monde !

Bienvenue sur Unblog.fr, vous venez de créer un blog avec succès ! Ceci est votre premier article. Editez ou effacez le en vous rendant dans votre interface d’administration, et commencez à bloguer ! Votre mot de passe vous a été envoyé par email à l’adresse précisée lors de votre inscription. Si vous n’avez rien reçu, vérifiez que le courrier n’a pas été classé par erreur en tant que spam.

Dans votre admin, vous pourrez également vous inscrire dans notre annuaire de blogs, télécharger des images pour votre blog à insérer dans vos articles, en changer la présentation (disposition, polices, couleurs, images) et beaucoup d’autres choses.

Des questions ? Visitez les forums d’aide ! N’oubliez pas également de visiter les tutoriels listés en bas de votre tableau de bord.

Dans : Non classé
Par nandozara
Le 31 mars, 2010
A 20:09
Commentaires : 0
 
 
 

Méditations et Actions |
Il y a penser et pensées ... |
mademoisellec |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | MICHELE HARDENNE
| Je suis un "écrit-rien"
| Publications Patrice Gros-S...